L'armée indienne préoccupée par le recrutement de jeunes cachemiris dans le terrorisme

isis-terrorisme-terrorisme-arme-terroriste

Le recrutement de jeunes locaux dans le terrorisme au Jammu-et-Cachemire est une grande préoccupation pour l'armée indienne. Cette année, 131 jeunes en tout ont rejoint le militantisme dans la vallée jusqu'à présent. L'année dernière, 117 jeunes avaient rejoint le terrorisme.

«Le recrutement de jeunes locaux dans le terrorisme est une grande préoccupation. Je ne peux pas pointer du doigt une seule raison pour laquelle le recrutement a lieu. Mais je n'y vois aucune tendance majeure », a déclaré le lieutenant-général BS Raju, officier général du 15e Corps.

Il a dit qu'ils espéraient tendre la main d'une manière où les jeunes auraient peu de raisons de prendre les armes. «Il existe un grand nombre de composants qui y jouent un rôle. Nous ferons notre part pour nous assurer que nous ne devenons pas une cause pour que quiconque franchisse la ligne », a déclaré le lieutenant-général BS Raju.

«C'est une question complexe. C'est définitivement sur notre radar et cela restera une ligne d'action importante pour arrêter le recrutement », a-t-il déclaré.

Sur un total de 131 jeunes recrutés localement dans le cadre du terrorisme, 24 ont eu lieu au Nord-Cachemire et 107 au Sud-Cachemire.

Au Cachemire du Nord, 18 jeunes ont rejoint Lashkar-e-Taiba, un a rejoint Hizbul Mujahideen, quatre Jaish-e-Mohammed et un État islamique au Jammu-et-Cachemire (ISJK).

Au Cachemire du Sud, 18 jeunes ont rejoint Lashkar-e-Taiba, 57 ont rejoint Hizbul Mujahideen, 14 Jaish-e-Mohammed, deux Ansar Ghazwat-ul-Hind et 16 Al Badr.

Le renseignement inter-services pakistanais renforce le groupe terroriste Al Badr pour qu'il mène de nouvelles attaques terroristes au Cachemire. Les agences de renseignement avaient déclaré que le chef d'Al Badr, Bakht Zameen, avait, lors d'un rassemblement au Cachemire occupé par le Pakistan en juin de cette année, affirmé que la formation deviendrait bientôt la voix du Cachemire.

Il a également été constaté que sur 131 jeunes recrutés dans le cadre du terrorisme, 102 appartenaient à une tranche d'âge de 16 à 25 ans et 29 avaient plus de 25 ans.

Sur un total de 131 recrutements, 62 ont été tués au cours des opérations de l'armée indienne, 14 ont été appréhendés et deux se sont rendus. Au total, 52 d'entre eux sont toujours actifs.

Pour empêcher les jeunes de prendre les armes, l'armée indienne a lancé un vaste programme de sensibilisation. «Nous nous engageons avec les aînés, les femmes, les filles, les garçons, les étudiants et les moulvis (prédicateurs religieux). Chacun est abordé d'une manière différente », a déclaré le lieutenant général BS Raju.

Il a dit que l'enthousiasme suscité par la participation au programme lui donne beaucoup d'espoir. «Il y avait un endroit à Anantnag où les filles jouaient au kabaddi», a déclaré l'officier.

Les jeunes attendent une opportunité de participer. «Vous leur avez donné une opportunité, ils la saisiront immédiatement», dit-il.

Il a également déclaré que les installations de divertissement faisaient cruellement défaut dans la vallée. «L'Arabie saoudite a des salles de cinéma, le Pakistan a des salles de cinéma mais le Jammu-et-Cachemire ne veut pas de salles de cinéma», a-t-il déploré.

L'officier a ajouté: «Je ne peux pas comprendre l'ironie».

La plupart des salles de cinéma du Cachemire ont été fermées dans les années 1990 en raison de diktats émis par des groupes terroristes.

Cela valait-il la peine d'être lu? Faites le nous savoir.